Vous arrive-t-il souvent de prendre une fourchette à l’envers ?

A moins d’être aveugle, vous répondrez en majorité non, bien sûr, car l’objet à un sens et sa forme ne peut créer aucune confusion dans votre esprit.
Certain designers recherchent tellement la simplification des formes qu’ils créent des télécommandes ayant un « non-sens design » qui ne prend pas en compte l’usage quotidien que nous pouvons faire de ce type d’objets.

Mon « accusée » du jour est la télécommande tactile de l’Apple TV qui sévi depuis 2015.
Pour ma part, je suis envahi depuis des années par des télécommandes (11 actuellement, rien que dans mon salon).
A l’utilisation, j’ai donc pu comparer différents modèles et acquérir par la pratique une certaine expertise.

Pourquoi donc cette télécommande continue t-elle à m’énerver depuis tant d’années ?

Avec ce type d’objet que l’on prend souvent sans le regarder et qu’on utilise le soir dans la pénombre, il me semblait qu’il y avait toujours eu une sorte de convention dans sa conception, c’est à dire la volonté de créer une forme ergonomique qui s’adapte dans la main ou qui comporte, pour le moins, une partie spécifique prévue pour nous indiquer le bon sens de préhension de l’objet.
A défaut d’une ergonomie réussie, le poids des piles placées universellement dans la partie basse de la télécommande nous incite en général à la prendre et à la tenir dans le bon sens.

Que se passe-t-il-il quand des designers décident de créer un objet comme une télécommande et de s’affranchir de lui donner un sens, une forme ergonomique ou toute autre sensation pour l’utilisateur ?
La réponse est simple : statistiquement, nous la prenons dans le mauvais sens une fois sur deux !

En 2015, faisant fi de décennies d’expérience utilisateur, nous avons une société connue mondialement pour son design et la qualité de fabrication de ses produits qui décide de ré-inventer la télécommande dans une forme rectangulaire avec les angles arrondis et dont le poids est réparti sur l’ensemble de l’objet.
Avec un minimum de boutons centrés, deux zones lisses symétriques de part et d’autre dont une zone tactile.

Le non-sens design

Une fourchette symétrique, l'illustration par l'absurde du non-sens design

Une fourchette réinventée pour faire une marque à la paume ?

Comment imaginer que dans un studio de design aussi pointu, personne ne s’aperçoive lors des tests utilisateurs que cette télécommande n’est pas au niveau du minimum que l’on attend pour ce type d’objet ?

Car trop souvent nous la prenons à l’envers, cliquons pour rien sur une zone non tactile (ou le contraire), voire déclenchons des actions involontairement !

Bouton menu cerclé de blanc sur la télécommande Apple TVL’épilogue : au bout de deux ans, en 2017, les designers ont tenté de corriger le tir en ajoutant un léger cerclage blanc en relief sur le bouton supérieur…
Un constat d’erreur mais un tout petit correctif pour l’humanité qui n’a au final qu’une faible incidence sur l’inadéquation de l’utilisation de cette télécommande au quotidien.

Télécommande réversible en non-sens designSoyons juste : dans mes 16 télécommandes officiellement répertoriées à ce jour, je dispose de deux autres modèles parfaitement rectangulaires.
L’une résulte d’un fabricant de ventilateurs sur laquelle les boutons ont étés placés de manière parfaitement symétriques, peut-être dans le but qu’elle soit inutilisable dans le noir, par une nuit de canicule ?

L’autre, conçue par le designer français Philippe Starck est une « brique » rectangulaire plutôt réussie qui est lestée d’un côté avec une partie métallique plus lourde et qui comporte sur les tranches de petits renfoncement permettant une préhension sans erreur et une très bonne tenue en main. La partie supérieure en soft touch comporte des zones très en relief et permettent une utilisation dans le noir sans problème.
Ce qui prouve qu’il ne faut vraiment pas grand chose pour rendre ergonomique une forme simple…
Télécommande de Freebox par Philippe Starck